mardi 21 mai 2013

Des villes et des ponts


Ce printemps vers le sud de l'Europe est déjà bien entamé. J'aimerais pouvoir être tout à fait réactive et vous faire partager mon expérience de façon presque simultanéeJ'aimerais vous présenter tout de suite les belles personnes que j'ai déjà rencontrées: Martin, Christina, Flavia, Simone, Neza, Sasa, Nina, Osvit, Nori, Marti et les autres... 

Le récit de ces rencontres arrivera... En attendant, ces quelques ponts des Balkans sont importants. D'époques différentes, souvent reconstruits, ce sont des témoins de notre histoire européenne compliquée, des désastres et des liens qu'on essaye de rebâtir. Dans ces cités balkaniques, on trouve des noeuds dont certains sont encore bien entremêlés.




Sur la Ljubljanica, dans la capitale slovène, le Tromostoje (Triple Pont), construit en 1842, remplace l'ancien pont médiéval qui reliait l'Europe du nord-ouest aux Balkans. 




Conçu par trois designers bosniens et inauguré en 2012, le Festina Lente relie les deux rives de la Miljacka à Sarajevo. En acier, verre et aluminium et en forme de looping,  ce pont invite les passants à vivre une expérience spirituelle, dans une ville qui la suscite déjà. 




Pas si loin, on traverse le Pont Latin, appelé pendant un temps Pont Princip, du nom de l'assassin de François-Ferdinand d'Autriche en 1914. Cet événement, étincelle provoquant l'engrenage des alliances et donc la Première Guerre mondiale, s'est produit juste devant le pont.    




A Mostar, autre ville martyre de la guerre en Bosnie-Herzégovine, le Stari Most (Vieux Pont) sur la Neretva a été bombardé en 1993. Sa reconstruction achevée en 2004, le pont de pierre et la vieille ville de Mostar sont devenus site du patrimoine mondial de l'Unesco.   


                  

Sur cette hypnotisante rivière, d'autres ponts relient la partie est (où vivent, majoritairement, des familles bosniaques, musulmanes) et la partie ouest de la ville (essentiellement peuplée de familles croates). La belle Mostar est définitivement un lieu de paradoxes.  




Lorsque son cours atteint la Slovaquie et la Hongrie, le majestueux Danube est parfois considéré comme une frontière nord des Balkans. Dans la capitale hongroise, neuf ponts relient les collines de Buda et la plaine, où se trouve Pest. Le Széchenyi Lanchid (Pont à Chaînes) a été détruit en 1945 puis reconstruit et réouvert quatre ans après. 


Sur le mont qui porte son nom, Saint Gellért tenta de convertir les Magyars au christianisme au XIeme siècle. Sa statue brandit une croix, alors qu'un païen s'apprête à jeter l'évêque dans le Danube... Cette scène me rappelle étrangement une autre croix aperçue quelques jours avant, une croix construite juste après la guerre en ex-Yougoslavie et qui surplombe Mostar. 








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire