samedi 8 juin 2013

A Strasbourg, au Carrefour des Solidarités



De retour en France pour quelques jours, j'ai participé jeudi au Carrefour des Solidarités organisé par la Ville et Communauté urbaine de Strasbourg. Une journée dédiée au croisement des regards autour d'un thème qui m'est cher : "Comment mieux coopérer?" 

Après un accueil musical par deux jeunes flûtistes et quelques mots de bienvenue du maire, Jacques Lecomte, tenant de la psychologie positive, a ouvert la journée avec une interrogation: "Et si la coopération pouvait changer le monde?" 

En particulier, deux éléments à retenir: 
  • les zones du cerveau activées dans les moments de plaisir le sont également lorsque l'on fait preuve de générosité : la bonté est un état qui convient bien à l'homme. 
  • un millier d'études scientifiques démontrent aujourd'hui les avantages d'un apprentissage plus coopératif à l'école par rapport à une approche plus individualiste et compétitive. Ces avantages : augmentation de l'estime de soi, diminution des conduites à risques telles que les addictions, acquisition de compétences relationnelles, baisse des comportements discriminatoires et violents, hausse des pratiques de solidarité et d'entraide, renforcement de la motivation pour apprendre et de la complexité du raisonnement et, ce que peut-être on imaginerait moins, amélioration des résultats scolaires.  


Ont suivi deux tables-rondes, puis un pique-nique et des ateliers en plein air dans le Parc de l'Etoile. Je suis intervenue lors d'une table-ronde et d'un atelier, notamment aux côtés de : 
  • Christophe L'Huillier, fondateur de l'association Intemporelle qui, à Metz, invite des enfants, des personnes âgées et des personnes handicapées à collaborer pour créer des événements artistiques, culturels et sportifs tels que des comédies musicales. 
  • Yves Wansi, qui a co-fondé Vue d'ensemble, association qui propose des moments de partage entre des personnes non-voyantes, mal-voyantes et voyantes autour d'activités de loisir et de formation.  
  • Guy Didier, animateur de notre table-ronde ; Guy coordonne un portail des portraits de la diversité, avec un joli nom : Entre-gens
  • L'équipe jeune et dynamique de l'AMSED (Association Migration Solidarité et Echanges pour le Développement), qui a largement contribué à l'organisation de la journée. J'en parlerai plus longuement dans un prochain post et notamment de Julien, jeune Strasbourgeois qui a co-animé l'atelier avec moi. 


Cette participation a été l'occasion de partager mon expérience et de proposer quelques éléments de réflexion. J'ai notamment rappelé l'importance de la valorisation dans un processus de coopération autour d'un projet. A tous les niveaux, il est indispensable de reconnaître et de se rappeler les bonnes nouvelles, car cela nous donne de la force pour avancer. J'en étais déjà convaincue, mais ma rencontre avec Emilie à Bruxelles m'a donné des preuves tangibles des effets de ce que Tal Ben-Shahar appelle cultiver la gratitude.    

"La coopération, c'est motivant, c'est aussi efficace!" Le titre choisi pour ce temps d'échange renvoie à l'idée de cercle vertueux : lorsque le processus est de qualité, d'une part on y prend vite goût, d'autre part on se donne plus de chances d'atteindre les objectifs fixés. Plaisir et efficacité : deux moteurs pour alimenter l'envie et l'énergie nécessaires pour continuer.     

Une participation active, une diversité des âges, des talents et des horizons représentés, du soleil : une belle journée dans la capitale alsacienne et européenne! 










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire