jeudi 27 juin 2013

Le coaching entre pairs pour ouvrir des portes



Hauptschule, Realschule, Gymnasium… En Allemagne, le système éducatif prévoit une orientation précoce des enfants. Si, selon les Länder, des passerelles ont progressivement été établies entre les voies, les représentations sociales ont la vie dure et un jeune de Hauptschule, l’école la moins considérée, et son congénère allant au Gymnasium, lycée conduisant logiquement à l’université, ne se côtoient pas. Selon l’école fréquentée, les visions du monde et les chances de réussite sont différentes. Pour favoriser davantage d’équité et de solidarité, Christina et Elisabeth ont eu l’idée de susciter des liens d’amitié et d’entraide entre des jeunes issus de ces univers séparés. Tutorat ou coaching, l’expérience proposée par Rock your life ! s’avère fructueuse pour les élèves et les étudiants impliqués. Christina m’a convaincue.

© Christian Klant

C’est sur les bords du lac de Constance, à l’Université de Zeppelin, que Christina fait la connaissance de son amie Elisabeth. Christina garde un souvenir ému de ses deux années de master dans cette université hors du commun. «  On avait des séminaires en petit groupe, avec vraiment la possibilité de choisir ce qu’on voulait étudier ». Un environnement de travail propice à la réflexion, à  l’échange et à la créativité.


Une éducation à plusieurs vitesses

Lors d’une de ces discussions, les deux étudiantes partagent un même diagnostic sur l’éducation dans leur pays : avec une sélection dès l’âge de dix ans, souvent influencée par la situation socio-professionnelle des parents au lieu de ne refléter que les aspirations et aptitudes des enfants, le système rétrécit d’emblée le champ de perspectives de certains élèves. Par ailleurs, entre les adolescents encouragés à réaliser des formations courtes et ceux qui sont a priori destinés à étudier à l’université, il n’y a presque aucune communication.



Conscientes d’avoir elles-mêmes été soutenues par leur environnement, les deux étudiantes ont envie de contribuer à introduire plus d’équité et de mobilité sociale. Elles commencent alors à imaginer un système de tutorat par lequel des étudiants apporteraient un appui aux élèves des Hauptschulen, les aidant à prendre confiance dans leur potentiel et dans la possibilité de réaliser leurs propres choix.

Après avoir recensé l’ensemble des associations existantes sur le sujet, les deux jeunes femmes décident de fonder une nouvelle entité qui serait suffisamment solide et attractive pour produire rapidement des effets. Un statut : la franchise sociale ; un nom énergique : « Rock your Life ! » Une équipe : douze personnes au départ, en 2009. Grâce à l’appui d’experts, un projet pilote est conçu. Une école de la ville de Friedrichshafen et plusieurs étudiants acceptent de tenter l’aventure. Pendant un an, 40 binômes, soit 80 élèves et étudiants tuteurs, expérimentent la méthode.



Faire un bout de chemin ensemble 

Le principe : Rock your life ! recrute des étudiants bénévoles qui sont formés au coaching et s’adresse à des Hauptschulen pour leur proposer le programme. Parmi les élèves des deux dernières années (ayant théoriquement entre 14 et 16 ans mais étant souvent un peu plus âgés), les volontaires s’inscrivent et des binômes sont formés. Puis, tout au long de l’année, l’élève et l’étudiant se rencontrent autour d’un programme dont ils conviennent ensemble. Parfois en lien avec l’école ou la recherche de stages, il peut simplement s’agir de se voir, discuter, sortir : « des choses de la vie quotidienne » résume Christina.  

© studio sieben, sauerbrunn & wirth, Düsseldorf

Dès la première année, Rock your life ! reçoit un prix et bénéficie d’une attention particulière des médias. Grâce à ce soutien et aux réseaux des étudiants, l’initiative se développe rapidement : 10 antennes en Allemagne et 400 binômes dès 2010, puis 27 antennes et 1000 binômes en 2012. Le programme est gratuit pour les écoles qui voient un réel intérêt à permettre à leurs élèves de participer. L’équipe ne rencontre pas de difficultés particulières non plus à recruter des « coachs » parmi les étudiants.

Tout est donc si simple ? Christina confesse que les débuts ont été difficiles, « en particulier lorsqu’on a commencé à travailler à plein temps sur le projet mais qu’on n’avait pas encore de ressources suffisantes. Il fallait donc avoir un job à côté. » La pression financière s’est rapidement relâchée grâce aux partenariats avec les entreprises, qui sont également parties prenantes du processus d’apprentissage. En effet, certaines d’entre elles sont confrontées à des difficultés à trouver une main d’œuvre qualifiée. Rock your life ! se voit donc comme un intermédiaire facilitant le recrutement de jeunes bien orientés et motivés, en particulier pour des contrats d’apprentissage.  


Impacts
  • Des jeunes de Hauptschule, souvent issus de familles défavorisées et d’origine étrangère, prennent confiance en eux et en leur avenir grâce à un coaching personnalisé qui va les aider à découvrir leurs talents et compétences et à réaliser les choix et les démarches adaptés. 

  • Les étudiants tuteurs développent des qualités relationnelles telles que l’écoute et la patience. Cette expérience élargit leurs horizons et les sensibilise aux enjeux de cohésion sociale dans la société.

  • Les entreprises partenaires sont épaulées par Rock your life ! dans leur processus de recrutement de jeunes mieux orientés, compétents et motivés.  


Des ponts

Entre des jeunes de 14 à 18 ans terminant leur cursus en Hauptschule et n’ayant souvent pas la chance d’être soutenus par leur environnement, des étudiants bénéficiant de conditions plutôt favorables et des entreprises qui, par le programme, perdent certains préjugés négatifs vis-à-vis des élèves de Hauptschulen et découvrent leur potentiel. 


Ce que l’expérience de Christina nous apprend…
  • « Si l’on a une réelle vision, que l’on y croit vraiment et que l’on commence avec des petites choses, il est possible de convaincre les autres ». 

  • L’importance de se dédier entièrement à une mission : « Me concentrer sur une seule chose. Je n’avais jamais fait ça avant, pas totalement. Cela nécessite beaucoup de conviction. Mais j’aime vraiment ça ! » 

J’y reviendrai de façon plus approfondie, mais je crois utile de faire référence ici au « flux » de Mihály Csíkszentmihályi. Ce concept désigne l’état dans lequel on se trouve lorsqu’on est totalement immergé dans une activité, avec un niveau de concentration intense et l’impression que tout s’enchaîne parfaitement bien, que le temps disparaît et que l’on fait partie de quelque chose de plus grand. Je vous recommande d'écouter la conférence Ted de ce grand psychologue qui conclut en nous mettant au défi : « Comment mettre de plus en plus de la vie de tous les jours dans ce canal de flux ? », tout en reconnaissant que nous sommes inégaux en la matière. Le coaching entre pairs a certainement un vrai rôle à jouer.   



Pour en savoir plus : visitez le site Internet de Rock your Life !







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire